A pied, en charrette, en vélo ou en voiture, à quelques centaines de mètres du campement, derrière le tann, commence la forêt des baobabs.

Cette forêt recèle 1000 trésors, activités pastorales ou animales. Il est fréquent d’y rencontrer de grands troupeaux de zébus, des chacals et des singes, des varans et de nombreux oiseaux, tant en variété qu’en quantité.

sam_full_70.jpg

A la saison de l’hivernage (saison des pluies de juillet à septembre) le sol est cultivé et planté d’arachide et de mil.
Le baobab, sorte d’immense éponge, peut emmagasiner plus de 120 000 litres d’eau, ce qui explique que les pasteurs du sud de Madagascar, lors des pénuries d’eau, les débitent pour «abreuver» leurs troupeaux.

Enfin, les baobabs font partie du patrimoine culturel et religieux des sénégalais, et plus particulièrement des Sérer qui ne concevaient d’autre sépulture pour leurs Gaulva que le tronc creux du baobab.

Le TANN :

Le tann, plus ou moins inondé selon les marées ou les pluies à l’hivernage, est une vaste zone sableuse.
Passage obligatoire entre la lagune et la forêt de baobabs, point de départ pour de belles découvertes des villages peuls et de la brousse.
Avec un peu de chance, en plus des oiseaux, vous y apercevrez des singes patas et des chacals.

locationvacancessenegal_tann_buggy

Vous allez pouvoir satisfaire vos envies de grands espaces et de découvertes pour aller de rencontres en rencontres.